16 JANVIER

couleurs-france-col-lautaret-1213737.jpg * Méditations quotidiennes * 

 * Tout pour qu'Il règne * 

 En Musique :       

 16 JANVIER  

 CELUI QUI APPELLE 

"J'entendis la voix du Seigneur, disant : Qui enverrai-je ? " Esaïe 6/1 .

    Quand nous parlons de l'appel de Dieu, nous avons tendance à oublier le plus important : la nature-même de Celui qui appelle . On parle de l'appel de la mer, de l'appel de la montagne, de l'appel des vastes étendues polaires ; mais ces appels-là ne sont entendus que par quelques-uns . Quelle que soit la nature de l'appel, il faut qu'il fasse vibrer en nous une corde sensible . L'appel de Dieu exprime la nature divine, et non la nôtre . Certains accents de l'appel de Dieu nous sont destinés, et nous sommes seuls à les percevoir . C'est Dieu lui-même qui s'adresse à nous sur un point particulier . Il nous faut être en communion directe avec lui .

    L'appel de Dieu n'est pas un écho de ma nature propre ; mes goûts et mon tempérament n'ont rien à y voir . Tant que je suis préoccupé de moi-même et de mon avenir, je n'entends pas l'appel de Dieu . Il faut que je traverse, comme Esaïe, une crise qui me transforme et accorde mon âme au diapason de Dieu . Beaucoup d'entre nous n'ont d'oreilles que pour eux-mêmes et n'en ont point pour Dieu .

 OSWALD CHAMBERS 

 * VERS LA PAIX * 

 D'HENRI SOULIER Pasteur de l’Église Réformée de Paris . 1914 

 16 JANVIER 

 Lecture : Matthieu 6/1-6

'' Ne fait pas sonner de la trompette devant toi ! '' Matthieu 6/2 .

    Vous le connaissez bien le son de cette trompette de la renommée, de l'approbation . Et vous aimez l'entendre quand il jette au loin votre éloge . Regardez-y de près, vous trouverez à chaque pas dans votre vie les variations de ce doux refrain : éloge de soi-même .

    Oh ! comme nous sommes ingénieux pour arriver à ce but ! Nous prenons mille détours ; nous chantons nos louanges avec une apparence de grande, mais fausse humilité (= orgueil) ; parfois, nous affectons même de ne pas nous en douter ; la suprême habileté, c'est de placer discrètement dans la bouche d’autrui la trompette qui chantera notre renommée ; cela fait, nous paraissons comme confus, mais au fond de nos cœurs vaniteux, rien ne chante plus agréablement que ce concert d'éloges, mérités ou immérités .

    Et voici, en Christ, Dieu crie : Silence ! silence pour toi, pour ta dignité d'homme ; silence pour les autres, car ne sens-tu pas que tu vas à l'encontre de ce que tu cherches ? Voulez-vous qu'on pense du bien de vous ? a dit un moraliste, n'en dites pas ; silence surtout pour Moi, votre Dieu, votre Maître, car le bien qu'on fait au son de la trompette cesse à mes yeux d'être le bien . C'est encore le moi, le moi envahissant, vaniteux, toujours prêt à s'étaler .

    Devant toi, aujourd'hui, pour toute la vie, s'ouvrent deux voies : le bien précédé ou suivi du son de la trompette ; le bien fait dans le silence, sans bruit . Choisis cette voie digne, élevée, humble, chrétienne ; c'est quand la trompette de la vanité se sera tue que tu entendras dans les profondeurs de ta conscience la Voix de Dieu en Christ chantant, mais pour toi seulement, le doux et joyeux refrain : Cela va bien .

 * LES TRESORS DE LA FOI * 

 De Charles Spurgeon 

 16 Janvier 

'' Il arrivera que quiconque invoquera le nom de l’Éternel sera sauvé '' . Joël 2/39 .

    POURQUOI est-ce que je n'invoque pas directement son Nom ? Pourquoi recourir à ce voisin ou à cet ami, tandis que mon Dieu est si près, et qu'il entend mon plus faible appel ? Pourquoi est-ce que je m'assieds à terre occupé à chercher les moyens et à inventer des plans ? Pourquoi est-ce que je ne me décharge pas sur l’Éternel de moi-même et de mon fardeau ?

    Le meilleur coureur est celui qui va droit au but . Pourquoi donc ne pas courir tout droit au Dieu vivant ? C'est en vain que je chercherai la délivrance partout ailleurs ; ce n'est qu'en Dieu que je la trouverai . Sa promesse royale m'en est un gage certain .

    Je n'ai pas besoin de me demander si j'ose l'invoquer ou non . Ce terme de quiconque est suffisamment explicite . Il comprend tous ceux qui invoquent le Seigneur, n'importe qui, moi donc, par conséquent . Ainsi je vais, sans tarder, suivre ce précepte, en invoquant le glorieux Sauveur qui a fait une telle promesse .

    Mon cas est urgent . Je ne sais pas comment je puis être délivré, mais je n'ai pas à m'en préoccuper . Celui qui a fait la promesse trouvera le moyen de la tenir .

    Mon affaire et mon devoir, c'est d'obéir, non de diriger ses conseils . Je l'invoque, et lui me délivrera .

 A Demain  

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau